Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XV

Une plaisanterie d’Acajou.


Les préparatifs du long voyage que Corcoran allait entreprendre avec son ami Quaterquem durèrent toute la journée. Il ne s’agissait pas, on se l’imagine de reste, d’emballer des vêtements ou des vivres, mais de cacher aux Mahrettes le départ du maharajah. Il fut donc résolu qu’on attendrait la nuit pour partir et que Sougriva seul en serait informé. Corcoran ne voulut pas même faire ses adieux à Sita, de peur de lui causer quelque inquiétude. Par bonheur, la nuit était fort sombre, et les deux amis, aidés du nègre Acajou, purent s’élever dans les airs sans être aperçus de personne.

Ici quelque lecteur, curieux de science, voudra