Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/171

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mépris de Votre Seigneurie, et que ce Doubleface qui, d’ailleurs, n’a pas nié son titre de chef de la police politique de Calcutta, vient de recevoir le châtiment que méritaient son crime et l’usage qu’il faisait du nom respecté de Votre Seigneurie. En d’autres termes, il a été pendu.

« Votre Seigneurie, mylord, pourra lire dans le Moniteur de Bhagavapour, que je prends soin de lui faire adresser moi-même, tous les détails de la pendaison. La trahison de Doubleface était si odieuse, et d’ailleurs si bien prouvée par son propre aveu, que je n’ai pas cru nécessaire de suivre en cette affaire les règles ordinaires d’une lente procédure.

« Je dois prévenir Votre Seigneurie qu’on a saisi dans les papiers de Doubleface une liste fort exacte et fort bien faite de toutes les ressources financières et militaires de mon royaume.

« Naturellement je n’ai pas cru nécessaire de joindre cette note si précieuse à la présente dépêche, et je crois que Votre Seigneurie approuvera ma réserve et ma discrétion.

« Sur ce, mylord et cousin, que Dieu vous ait en sa sainte garde.

« Corcoran, maharajah.

« Donné en mon palais de Bhagavapour, ce jourd’hui, 5 février 1860 de l’ère chrétienne, l’an trois