Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/170

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ront toujours entre mon gouvernement et celui de Votre Seigneurie, me font un devoir de vous avertir d’un incident fâcheux qui aurait pu exciter des susceptibilités réciproques ; Votre Seigneurie me rendra cette justice, que je n’ai pas ajouté foi à de misérables calomnies, et que j’ai puni le calomniateur comme il le méritait.

« Un certain Scipio Ruskaërt, se disant sujet prussien et protégé anglais, muni d’une lettre de recommandation (fabriquée sans doute par un faussaire) de sir Barrowlinson, est venu me demander aide et protection, sous prétexte d’études scientifiques sur la flore et la faune des monts Vindhya.

« Sur la foi de sir John Barrowlinson, à qui le monde savant doit, je le sais, tout de reconnaissance, mais qui a été en cette occasion la dupe d’un scelérat insigne, j’ai fait à ce Ruskaërt l’accueil le plus flatteur et le plus hospitalier, qu’il a payé de la plus noire ingratitude.

« Votre Seigneurie, en lisant la copie ci-jointe de la lettre que ce Ruskaërt, dont le véritable nom est, paraît-il, Doubleface. Votre Seigneurie, dis-je, sera sans doute indignée de l’abus qu’un tel misérable a prétendu faire de son nom, et des instructions déshonorantes qu’il a osé prêter à Votre Seigneurie. Je me hâte de dire que mon indignation d’une si lâche calomnie a prévenu le