Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


allait jeter les Anglais à la mer, et tout le monde était prêt à lui fournir des vivres, des bêtes de somme et même des renforts, soit par obéissance aux décrets d’Allah, soit par haine contre les Anglais ; car, il faut leur rendre cette justice, que s’ils cessaient un instant d’être les plus forts dans l’Inde, on les hacherait menu comme chair à pâté. »

Voici en résumé quel était le plan de Napoléon, dont une copie fut remise au père d’Holkar par un agent secret qui traversa toute l’Inde déguisé en fakir :

« Napoléon, partant de Dresde, alla rejoindre son armée sur le Niémen. De là, pénétrant en Lithuanie, il coupait en deux et prenait la grande armée russe. (Il s’en fallut de quelques heures de marche, comme tu sais, que ce plan ne réussît, ce qui aurait mis Petersbourg, Moscou et le czar même à la discrétion de Napoléon). Ce premier point obtenu, le reste était facile. Le czar rendait sa part de Pologne, et l’Autriche la Galicie. La Pologne entière, remise sur ses pieds, montait à cheval pour suivre Napoléon. Mais ne crois pas qu’on laissât le czar sans compensation. Tu vas voir quel présent on lui faisait ! La Chine ! Tu ouvres de grands yeux. Mon ami, rien n’était plus facile. La Chine est à qui veut la prendre. C’est un grand corps sans âme. J’ai vu et je sais des