Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/147

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tuellement, on y trouve facilement des traîtres. Holkar trahi fut vaincu et tué avec deux de ses fils. Runjeet-Sing reçut dix millions de roupies pour rester neutre. Mais les Indous, indignés, ne voulurent pas reconnaître d’autre chef que le jeune Holkar, troisième fils du défunt, et les Anglais, contents de ce premier succès, n’osèrent pas pousser leur ennemi au désespoir. On lui prit la moitié de ses États, cinquante millions de roupies, et on lui donna pour surveillant le colonel Barclay, celui qui vient de se signaler dans la révolte des cipayes et qu’on a fait major général.

— Oui, dit Quaterquem, et la révolte a éclaté, et les cipayes ont été pendus, et Holkar a été tué, comme l’avaient été avant lui son père et Tippoo-Sahib ; et toi, Corcoran, natif de Saint-Malo, tu vas te faire trahir et tuer comme tes prédécesseurs. Mon ami, tu es fou. Viens dans mon île ; il y a place pour deux. Nous y vivrons tranquillement en jouant aux quilles en été et au billard en hiver, ce qui est le vrai but de la vie. Et si mon île te déplaît, j’en ai découvert une autre dans le voisinage, presque aussi inaccessible et aussi belle que la mienne. Je te l’offre. »

Corcoran regarda quelque temps son ami sans rien dire. Puis il haussa doucement les épaules :

« Mon cher Quaterquem, quand je serais certain d’échouer et d’être fusillé dans dix jours, je n’en