Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/134

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XI

Deux chenapans.


Après ce récit naïf, qui fit rire plus d’une fois les assistants, Alice et Sita se retirèrent chacune de son côté. Corcoran avait fait préparer le plus bel appartement du palais d’Holkar pour son ami. Au moment où Quaterquem se levait, le maharajah le retint par le bras et lui dit :

« Reste, j’ai besoin de toi. Prends ce cigare et écoute-moi. »

Il lui fit alors le récit de ce qui s’était passé dans la journée et lui montra la lettre de Doubleface à lord Henri Braddock.

« Que ferais-tu à ma place ? demanda-t-il enfin.

— Si j’étais à ta place, répliqua son ami, je re-