Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/129

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moyenne. Naturellement, ceux qu’on pend, qu’on roue, qu’on écartelle, qu’on empale et qu’on met à la broche sont compris dans ce chiffre, mais non pas ceux qu’on tue à coups de fusil sur le champ de bataille au son des tambours et des trompettes, et en criant : Vive le roi ! ou Vive l’archiduc !

Or, de cinq cents pauvres diables, vous m’accorderez bien qu’un dixième au moins n’a rien fait pour mériter la corde, le pal ou la guillotine. C’est même bien peu, si l’on considère que la justice française est la seule qui (de son propre aveu) ne se trompe jamais. Il s’agissait donc de mettre la main sur un de ces cinquante innocents et de lui sauver la vie. Je remontai en ballon avec ma chère Alice, et nous recommencâmes notre voyage de circumnavigation autour du globe.

Mais, dit Quaterquem en s’interrompant, si vous voulez savoir le reste de l’histoire, faites venir Acajou.

Le nègre ne tarda pas à paraître et, sur l’invitation de Quaterquem, continua en ces termes :

« Moi nègre, fils de nègre. Grand-père roi du Congo. Père enlevé par les blancs et fouetté, ce qui fait pousser le coton et le café. Moi, Acajou, bon nègre, né au Bayou Lafourche en Louisiane. Content de vivre. Poisson salé pendant la semaine, petit-salé le dimanche. Coups de fouet trois fois par mois : moi rire du fouet, avoir bon dos,