Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/128

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand prince trop continuellement obéi, qui disait à son premier ministre : « Contredis-moi donc une fois si tu peux, afin que nous soyons deux. »

D’autre part, ma chère Alice, qui est une excellente musicienne, pleine d’esprit, de grâce, de bonté, de piété, n’a pas le moindre talent pour faire la cuisine.

Comme elle a reçu plus d’un million en dot, elle a toujours cru que les biftecks naissent tout cuits. (Ne dis pas non, ma chère ; c’est l’éducation qu’on donne aux plus charmantes filles de France, et Dieu sait où cela les mena !) D’où il suit que j’avais besoin de quelqu’un pour la servir. C’est alors qu’il me vint une idée dont vous admirerez certainement la profondeur.

Prendre à mon service et transporter dans mon île des domestiques ordinaires était chose impossible. Personne n’aurait voulu s’enfermer là, à la condition de n’en sortir qu’avec ma permission. J’avais besoin d’une famille assez persécutée pour que cette réclusion lui parut un bienfait, et assez honnête pour ne pas oublier le bienfaiteur. C’est parmi les condamnés à mort que je cherchai le phénix dont j’avais besoin.

En moyenne, on peut compter que le bourreau abat légalement environ cinq cents têtes par jour, sur toute la surface du globe. Il y a du plus ou du moins, selon les jours, mais enfin c’est la