Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/127

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bon de cent mille francs payable chez MM. Cranmer, Bernus and C°. Quelques jours après, le révérend Smithson, suivi des neuf petits Smithson et de sa femme, partit pour évangéliser une tribu de Papous, que les voyageurs venaient de signaler dans la terre de Van-Diémen.

La promptitude avec laquelle le révérend Smithson m’avait cédé son île, dont il était pourtant seul propriétaire, n’ayant à payer d’impôts ni pour le gouvernement, ni pour l’administration, ni pour les bureaux, ni pour l’armée, ni pour la police, ni pour la gendarmerie, ni pour le gaz, ni pour l’entretien des routes, ni pour le pavage de rues, ni pour quelque objet que ce fût, utile, inutile ou nuisible, — cette promptitude, dis-je, me suggéra quelques réflexions.

Que manquait-il à ce brave homme ? N’avait-il pas à satiété le boire et le manger, un climat très-doux, une terre fertile, une sécurité parfaite, une liberté sans limites, et une famille bien portante qui s’accroissait sans fin et sans mesures ? Ne pouvait-il pas jouer au cricket dans la journée et au whist après le coucher du soleil ? Évidemment, ce qui le chassait de mon île, c’était l’ennui de ne voir autour de lui que des petits Smithson, de n’entendre que les discours de Mme Smithson et de n’avoir pas l’ombre d’un voisin qu’il pût aimer ou haïr. En un mot, il subissait le supplice de ce