Ouvrir le menu principal

Page:Assollant - Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, II.djvu/120

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


X

Des moyens d’avoir un bon domestique.


Un éclair de joie illumina les yeux de l’Indou prisonnier. Ruskaërt lui-même, quoiqu’il eût protesté qu’il ne le connaissait pas, parut content de sa délivrance.

Tout à coup un incident nouveau changea la décision de Corcoran.

Le petit Moustache arrivait, tenant à sa gueule une lettre cachetée à la mode européenne. Ces sortes de lettres sont rares à Bhagavapour, de sorte que le maharajah fut étonné. Il prit la lettre, caressa Moustache, regarda l’adresse, reconnut une écriture anglaise et lut avec étonnement ces mots :

À lord Henry Braddock, gouverneur général de l’Indoustan.