Page:Asselin - 1917-12-18 - 06M CLG72B1 29 7 18-12-1917.djvu/1

Cette page a été validée par deux contributeurs.


WITLEY-CAMP, en ANGLE-
TERRE, 18 décembre 1917.


Cette lettre est pour mon Pierrot, pour lui seulement.

Je ne savais pas que tu faisais ta première communion, mon cher Pierre, car je t’aurais envoyé de Paris un joli cadeau. Maman dit que tu as été bien pieux : je suis sûr que ton petit cœur était pur. J’aurais voulu être là. Tu as prié pour moi : je t’en remercie ; je suis sûr que le bon Dieu t’a écouté avec plaisir, car il aime bien les petits enfants.

Ici, c’est très ennuyeux : on ne voit que des soldats ; jamais des mamans, jamais des petits enfants. Les soldats logent dans des baraques en bois, trente ou quarante par baraques. Ces baraques sont bâties comme ceci :


Asselin - 1917-12-18 - 06M CLG72B1 29 7 18-12-1917 (page 1 crop).jpg


Chaque soldat a une paillasse et des couvertures. La paillasse repose sur trois planches à chevalets , comme c qui sont comme ceci :

Asselin - 1917-12-18 - 06M CLG72B1 29 7 18-12-1917 (page 1 crop)-1.jpg

Quand les trois planches sont placées comme il faut, c'est-à-dire la tête au mur,