Page:Asselin - 1917-03-00 - 06M CLG72B1D29 00-03-1917.djvu/3

Cette page a été validée par deux contributeurs.


bien je me suis allégé. Ça gigote me bat bien encore un peu sur ⁁les flancs et sur le ventre, mais pas la moitié autant qu’auparavant. Je xxxxxxx garde m’apporte dans les tous mes habits vêtements dans le pack, qui est le sac qu’on porte ordinairement sur ses épaules, et je laisse ce meuble en arrière comme mon lit. Je n’apporte dans les tranchées que deux paires de chaussettes, xxxxxxx une paire de chaussures et quelques mouchoirs de rechange. Pour attraper des bibites, on en a toujours assez sur soi. La première nuit, je me suis pris dans le cou une bibite grosse comme toi, mais bien moins chaude. Je l’ai écrasée xxxxxxx entre mes xxxxxxx ongles, dans l’obscurité. Ça a fait : Crac ! Je riais comme une petite baleine. Ça lui apprendra à me faire peur ! Je crois bien que c’était la mère pouse, car, ensuite,