Ouvrir le menu principal

Page:Artaud - Artaud le Mômo, 1947.djvu/60

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





Et je sentis son âme virer,
ET JE LE VIS VERDIR DES PAUPIÈRES
passer du copinage à la peur

car il sentit que j’allais cogner.