Page:Arnould - Anecdotes inédites sur Malherbe, 1893.djvu/77

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand’chose, c’est tout bonnement une boutade comme il en peut échapper même aux plus sincères croyants, s’ils sont facétieux.

Du Monstier est le disciple de Malherbe, plus connu comme portraitiste sous le nom de Dumoutier. La véritable orthographe est Dumonstier, c’est ainsi qu’il signait ses portraits. (Lai. t. I, p, cxxv, n. 1.)


La poésie jusque dans les comptes.

Anecdote 25. (p. 231.)

Racan le trouva un jour contant cinquante sols en douzains à un ouvrier qui avoit fait quelque chose pour luy ; et voyant qu’il avoit mis deux rangées de dix sols chacune, et une de cinq, puis deux autres rangées aussi de dix sols, et une autre de cinq ; il luy en demanda la raison ? C’est, lui dit-il, que je songeois à la pièce que j’ay faite pour le Roi (Henry le Grand) qui commence :

Que d’épines, Amour, accompagnent tes roses !

Que d’une aveugle erreur tu laisses toutes choses
A la mercy du sort !
Qu’en tes prospérités à bon droit on soupire !
Et qu’il estmal-aysé de vivre en ton Empire

Sans désirer la mort !

où les vers sont rangés de la mesme sorte qu’il avoit rangé ses sols.

Le maître était à ce point hanté par le rythme qu’il payait en mesure.

C’étaient ces stances amoureuses que Malherbe avait faites pour Alcandre (Henri IV) plaignant la captivité de sa