Page:Arnould - Anecdotes inédites sur Malherbe, 1893.djvu/68

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Racan avec les autres disciples professait une grande admiration pour cette œuvre (Mémoires, p. lxxxvi). C’est lui qui a pu rapporter ce traita Conrart. —

Chapelain raconte aussi l’anecdote, qu’il dit tenir de Malherbe ; il lui attribue une autre raison presque aussi faible que celle-ci et qui peut bien s’être combinée avec elle : c’était « afin qu’on ne pût pas dire qu’étant en une même ville, il n’avait qu’à lui dire ce qu’il lui écrivait. » I, 573. Lettre à M. de Monstreuil, 12 février 1640 (cité par M. Souriau, 91, n. 2).

V. Revue bleue, p. 732, col. 1. Nous y avons rabaissé par mégarde MMe la princesse de Conty au rang de duchesse ; nous lui en faisons amende honorable.


À l’hôtel de Rambouillet.


Anecdote 18. (P. 229.) Estant allé un jour à l’Hostel de Rambouillet, où il ne trouva qu’une Demoiselle, auprès de laquelle il s’assit ; une balle de Mousquet passa entr’eux deux. Le lendemain, il y retourna, et Madame la Marquise de Rambouillet luy faisant compliment sur cet accident, Je voudrois, luy répondit-il, qu’elle m’eust tué ; je suis vieux ; j’ay assez vescu ; et puis, quelqu’un n’eust pas manqué de dire que Monsieur le Marquis de Rambouillet m’eut fait tirer ce coup-la. Ce qu’il disoit, parce qu’il avoit été amoureux de cette Dame, pour laquelle il avoit fait plusieurs pièces de vers.

Conrart devait tenir ce trait de MMe de Rambouillet, qui l’avait raconté dans les mêmes’termes à Tallemant (I, 302]. On sait que Malherbe fut un des adorateurs de la mar-