Page:Arnould - Anecdotes inédites sur Malherbe, 1893.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 9 —

d’entre elles à son ami, M. Edouard Fournier, pour le recueil qu’il venait de fonder, La Revue des Provinces, essai de « décentralisation littéraire etscientifîque ». Annotées par M. Fournier lui-même, elles parurent dans le numéro du 15 mars 1865. Malheureusement les feuillets qui portaient les anecdotes les plus intéressantes avaient échappé au Bibliophile, et la copie qu’il avait envoyée des autres était fort peu précise.

D’ailleurs cette publication provinciale cessa de vivre après deux ans et demi d’existence[1], et dès 1866 l’attention des lettrés perdit de vue le précieux ms. de l’Arsenal.

Il fallait en quelque sorte le retrouver. C’est ce que fit, vers 1880, notre savant maître, M. Auguste Bourgoin, à présent professeur au lycée Michelet, lorsqu’il préparait sa thèse sur Valentin Conrart. Dès qu’il sut que nous préparions la nôtre sur Racan, en 1890, il eut la générosité de nous confier sa découverte.

Cependant M. Ferdinand Brunot, aujourd’hui maître de conférences à la Sorbonne, qui accumulait des documents pour sa remarquable thèse sur La Doctrine de Malherbe, feuilletait le ms. de son côté, et, sachant que nous nous en proposions la publication, il en usait avec une grande discrétion. Nous unissons dans les mêmes remercîments mes-

  1. Elle a été publiée du 16 octobre 1863 au 15 juin 1866, à Paris. Les deux premiers volumes ont paru sous le litre de « la Décentralisation ». — Elle est aujourd’hui fort rare, et nous avons appris son existence il y a quelques jours seulement.