Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/428

Cette page n’a pas encore été corrigée


les actions de ces mesmes saints, apres l’avoir renversée par leurs paroles, et d’ajoûter la force de leur exemple à la puissance de leurs raisons. Palladius rapporte dans la vie de Saint Chrysostome lequel il connoissoit particulierement, que s’estant trouvé à une assemblée d’evesques qui se faisoit en la ville de Constantinople, un d’entr’eux nommé Eusebe, se declarant accusateur d’Antonin evesque d’Ephese, il le pria avant que d’avoir oüy les chefs de l’accusation, de ne point porter cette affaire plus avant, et l’asseura, que si on l’avoit mescontenté en quelque chose, il auroit soin de luy oster tout sujet de plainte. Et ayant exhorté Paul evesque d’Heraclée, qui sembloit estre pour Antonin, de les remettre bien ensemble, il entra dans l’eglise, parce que c’estoit l’heure du sacrifice, où ayant donné la benediction au peuple ; et s’estant assis avec les autres evesques, le mesme Eusebe estant entré secrettement, vint luy presenter devant tout le peuple un memoire des chefs de son accusation contre Antonin ; le conjurant avec des sermens estranges de luy rendre justice en cette affaire. Et alors Saint Chrysostome voyant les instances qu’il luy faisoit, receut ce memoire, de peur qu’il ne s’excitast quelque trouble parmy le peuple, et apres qu’on eust leu publiquement l’escriture sainte selon la coustume ; il pria un de ces evesques de dire la messe, et sortit de l’eglise, (...).