Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/416

Cette page n’a pas encore été corrigée


Chapitre 39


quel egard on doit avoir aux pechez veniels, pour regler les communions. Et ce que les peres nous enseignent sur ce sujet.

Saint Augustin a raison de remarquer, que si S Paul eust aussi bien ordonné, que l’evesque soit sans peché, comme il ordonne, qu’il soit sans crime, il ne se fust trouvé personne capable de cette charge, parce que tous ceux qui vivent chrestiennement sous la conduite de l’esprit de Dieu, se doivent, et se peuvent bien exempter des crimes, c’est à dire, des pechez mortels, mais ils sont tousjours redevables à la justice divine d’une infinité d’autres pechez. Nous pouvons dire de mesme en cette rencontre, que si tous les pechez veniels nous devoient empescher de recevoir l’eucharistie, toute la terre souffriroit un interdit general, et ce ne seroit pas pour des hommes fragiles