Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/363

Cette page n’a pas encore été corrigée


Chapitre 29


conditions d’un bon directeur fort bien establies par l’auteur. premiere, qu’il soit docte.

mais il est vray neanmoins que je suis encore obligé de vous donner cette loüange, que vous avez en ce point suivi tres-fidellement le sentiment de ces grands hommes, et que les conditions d’un bon directeur que vous avez marquées en peu de mots sont si justes et si raisonnables, que pourveu qu’elles soient bien entenduës, elles en peuvent former une idee tres-excellente, et on le pourra nommer hardiment, selon le langage de Platon, ipse director .

Vous voulez premierement qu’il soit docte ; et en effet comment les tenebres esclaireroient-elles, et comment un aveugle pourroit-il servir de guide ? Il faut que celuy qui se mesle de gouverner les consciences soit rempli des veritez de nostre foy : qu’il ait travaillé long-temps pour s’instruire luy-mesme, avant que d’instruire les autres. Il faut que l’estude et la pieté soient jointes ensemble pour former cette doctrine, et qu’il ne possede pas seulement cette science qui s’apprend parmi les contentions ; mais une plus haute et plus eslevée,