Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/353

Cette page n’a pas encore été corrigée


prie, si la conclusion qu’il en tire a quelque rapport à la vostre ; (...) ?

Concluons donc avec tous les peres, que comme les paroles de Jesus-Christ nous obligent de rechercher dans la reception de son corps la nourriture de nos ames ; elles nous obligent aussi en mesme temps, à nous mettre dans les dispositions requises pour une action si sainte ; et qu’ainsi de la mesme sorte, qu’elles serviront d’arrest contre tous ceux, qui par negligence ne se seront point mis en peine de recevoir les effets de cette viande divine, elles condemneront encore davantage ceux, qui animez de la presomption que vous leur voulez inspirer, auront eu la hardiesse de se presenter à cette table sacrée, avant que de s’en rendre dignes par la bonne vie, et par les bonnes œuvres.

C’est pourquoy tout ce que je puis faire en