Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/346

Cette page n’a pas encore été corrigée


Elle l’est veritablement ; mais tous les saints interpretes de l’escriture vous apprendront, qu’elle ne contient autre chose, qu’une vocation generalle à la grace de l’evangile. Qu’elle s’addresse à tous ceux, qui sont accablez sous la pesanteur de leurs pechez, lesquels le prophete Zacharie (comme Saint Hierosme remarque sur cét endroit de l’evangile) appelle un talent de plomb : que le prophete roy dit, s’estre appesantis sur luy, comme un fardeau insupportable ; et qui rendent, selon Job, et selon David, l’homme pesant à soy mesme . Ce qui a fait que les peres ont remarqué que Jesus-Christ designe par ces paroles les deux peuples qu’il a reünis par son sang ; et dont il a basty les deux murailles qui composent l’edifice eternel de son eglise. (...). Vous voyez donc, que ces paroles regardent principalement les infidelles, les impies, et les pecheurs ;