Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/325

Cette page n’a pas encore été corrigée


Ce n’est donc qu’à ceux, qui se trouvent dans cette disposition de cœur, et cette pureté de conscience, à qui Monsieur De Geneve conseille la communion de tous les huict jours ; et non pas indifferemment à toutes sortes de personnes, comme vous faites, ne laissant pas au jugement du confesseur d’en disposer autrement, selon l’estat de son malade. Et afin que vous ne croyez pas qu’il ait suivy ce sentiment sans l’avoir bien pesé, il le repete dans la conclusion de ce chapitre, et y establit comme une regle certaine et indubitable ; (...).

Vous voyez que ce saint evesque ne se contente pas, qu’un homme soit exempt de peché mortel, pour le juger en estat de communier tous les dimanches ; au lieu que vous en jugez capables ceux qui commettent de ces pechez