Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/315

Cette page n’a pas encore été corrigée


Estienne De Grammont, Saint Norbert, Saint Albert, Saint Dominique, et Saint François ont paru dans l’eglise quasi en mesme temps, ou l’un prés de l’autre ; qu’ils ont deployé l’estendart de la penitence dans toutes les provinces chrestiennes ; qu’ils sont venus au nom de Jesus-Christ, au nom du prince de la penitence, et du chef de tous ceux qui se sauvent par la penitence , comme l’appelle excellemment Saint Hierosme ; qu’ils ont confirmé leur mission par une infinité de miracles, et de prodiges, et par la conversion d’un nombre innombrable d’hommes et de femmes ; qu’ils ont esté comme des seconds apostres dans la vieillesse du christianisme, et ont renouvellé par le second baptesme, qui est celuy des larmes et de la penitence, des millions de chrestiens qui avoient violé l’innocence du premier.

En quoy l’on peut remarquer, qu’ainsi que la persecution des empereurs payens ayant commencé à cesser dans l’eglise, et la guerre publique ne donnant plus de lieu au martyre public, lequel estoit honoré de la plus illustre des couronnes : Dieu suscita les anciens solitaires, et les premiers hermites des deserts de l’Asie, et de l’Afrique, qui firent fleurir un nouveau genre de martyre, dans la paix mesme de l’eglise, par leurs austeritez, et par leurs souffrances presque incroiables, et qui ont fait