Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/308

Cette page n’a pas encore été corrigée


Chapitre 20


excellent passage de Gennadius touchant les dispositions requises à la frequente communion, tant au regard des innocens, et qui n’ont commis que des pechez veniels, qu’au regard de ceux qui ont commis des pechez mortels apres le baptesme.

apres avoir épuisé tous vos memoires, vous voulez achever de tromper les ignorans par cette figure de rhetorique. Mais ayant fait voir jusques icy, que tout ce que vous avez rapporté des peres, n’est qu’un ramas de citations fausses, ou prises à contre-sens ; il ne reste plus qu’à monstrer, que l’addition que vous faites en cet endroit, en est le couronnement, et le comble.

Vous abusez si souvent de ce passage, tantost l’attribuant à Saint Augustin, tantost à Gennadius qui en est le veritable auteur ; qu’il