Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/260

Cette page n’a pas encore été corrigée


confession. Jugez, si celuy qui veut, que l’on monstre clairement, que l’on est mort au peché,

(ce qui ne se peut faire, que par le tesmoignage des bonnes œuvres, qui sont les fruits certains et visibles de cette mort sainte) feroit communier tous les huict jours, ceux dont les habitudes inveterées, et les passions criminelles sont encore toutes vivantes. Jugez enfin si celuy qui veut, que l’on tesmoigne clairement, que l’on est mort au monde, et à soy-mesme, et que l’on ne vit plus que pour Dieu seul, porteroit à des frequentes communions (ainsi que vous faites, et que vous le declarez en termes formels dans cet escrit) ceux qui sont remplis d’amour d’eux-mesmes, et si attachez au monde que de merveille ?



Chapitre 9


que Saint Epiphane ne dit rien qui favorise cet auteur.

vous demeurez tousjours dans le mesme esgarement, ne prouvant jamais ce dont il s’agit. Mais de plus, encore que vostre façon de citer des volumes tous entiers,