Ouvrir le menu principal

Page:Arnaud - De la frequente communion, 1643.djvu/243

Cette page n’a pas encore été corrigée


et en la sainte communion : dans le premier, où l’escriture descrit particulierement, ce que faisoient ces six vingts personnes, qui depuis l’ascension de Jesus-Christ attendoient dans Jerusalem les effects de sa promesse ; il n’en est dit autre chose, sinon qu’ils perseveroient en prieres, sans y adjouster un seul mot de l’eucharistie ; d’où l’on peut aysément conclurre, que les apostres, apres avoir receu depuis la resurrection tant de graces de leur maistre ; apres avoir receu le Saint Esprit par le souffle mesme de sa bouche ; apres avoir receu de luy le commandement de prescher par tout sa doctrine, et la puissance de la confirmer par toutes sortes de miracles, ne se creurent pas neantmoins encore assez bien disposez pour se nourrir de ce pain du ciel ; et voulurent attendre la plenitude du Saint Esprit, pour celebrer plus dignement ces redoutables mysteres. Ce qui monstre l’ordre dans lequel l’eucharistie doit estre receuë selon son vray usage : et l’on peut croire avec raison que c’est pour cette cause que l’eglise, conduite par son espoux, a fait celebrer la feste du saint sacrement immediatement apres celle de la pentecoste ; afin d’apprendre à ses enfans, que la premiere est une preparation à la seconde ; et qu’il faut que le Saint Esprit descende sur les hommes, pour les rendre capables de s’approcher de cette