Page:Aristote Metaphysique 1840 1.djvu/268

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LA


MÉTAPHYSIQUE D’ARISTOTE.


LIVRE QUATRIÈME.


( Γ)




SOMMAIRE DU LIVRE QUATRIÈME.


I. De l’être en tant qu’être.II. L’étude de l’être en tant qu’être et celle de ses propriétés sont l’objet d’une science unique.III. C’est à la philosophie qu’il appartient de traiter des axiomes mathématiques et de l’essence.IV. Il n’y a pas de milieu entre l’affirmation et la négation. La même chose ne peut pas être et n’être pas.V. L’apparence n’est pas la vérité.VI. Réfutation de ceux qui prétendent que tout ce qui paraît est vrai.VII. Développement de ce principe qu’il n’y a pas de milieu entre l’affirmation et la négation.VIII. Du système de ceux qui prétendent que tout est vrai, ou que tout est faux. Réfutation.

I.

Il y a une science qui étudie l’être en tant qu’être, et les accidents propres de l’être. Cette science est différente de toutes les sciences particulières, car aucune d’elles n’étudie en général l’être en tant qu’être. Ces sciences ne s’attachent qu’à un point de vue de l’être, elles étudient ses accidents sous ce