Page:Aristophane - Théâtre 1889 tome 2.djvu/273

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES GRENOUILLES

�� �