Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NIKIAS.

Cela fait deux marchands. Et que lui advient-il à celui-là ?


DÈMOSTHÉNÈS.

D’être le maître, jusqu’à ce qu’il en arrive un plus scélérat. Alors il périt, et à sa place arrive le marchand de cuirs, le Paphlagonien rapace, braillard, à voix de charlatan.


NIKIAS.

Il faut donc que le marchand de moutons soit exterminé par le marchand de cuirs ?


DÈMOSTHÉNÈS.

Oui, par Zeus !


NIKIAS.

Malheureux que je suis ! Où trouver un autre marchand, un seul ?


DÈMOSTHÉNÈS.

Il en est encore un, qui exerce un métier hors ligne.


NIKIAS.

Dis-moi, je t’en prie, qui est-ce ?


DÈMOSTHÉNÈS.

Tu le veux ?


NIKIAS.

Oui, par Zeus !


DÈMOSTHÉNÈS.

C’est un marchand d’andouilles qui le renversera.