Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.


originalité du langage grec, des équivalents français aussi approximatifs que possible. Ce sont des tours de force à accomplir. M. Talbot s’en est tiré si habilement qu’il a su rendre ces formules par des idiotismes français, ou du moins par des trouvailles qu’il a faites dans des formules consacrées du parler populaire. Mais ces spirituelles réussites ne sont pas encore ce qui importe le plus, ce qui exige le plus de sens littéraire ; le tact et le goût y ont moins de part que l’adresse. Il y a des idiotismes d’un autre ordre qui affectent, non pas seulement tel passage du texte, mais le texte entier, parce qu’ils expriment et définissent le caractère propre de l’écrivain, sa démarche, en un mot son style, son génie même, qui suppose pour fondement celui de sa race. On ne comprend Aristophane qu’à la condition de se faire Hellène, Athénien, enfin Aristophane lui-même. Pour reproduire, au degré supérieur atteint par M. Talbot, sa verve satirique, le tour et l’accent comiques de son vers, il faut être capable de se les approprier, et la science n’y suffit pas. Une aptitude spéciale est nécessaire qui est le caractère même, le tempérament moral du traducteur. Il doit se sentir dans le monde grec comme dans le sien, dans l’œuvre d’Aristophane comme chez soi. Une traduction, pour être bonne, ne se commande pas ; c’est un témoignage de sympathie autant qu’un hommage à l’original. On ne peut communiquer que ce qu’on possède ou qu’on a pu faire sien ; comment communiquera-t-on sans trace d’effort à la phrase française la vivacité, l’animation qui est le style même de