Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.


façon. » Hélas ! il se raillait, l’œuvre y a perdu l’inestimable estampille par laquelle le maître l’eût, en partie, faite sienne. On saura, du moins, et c’est l’important, qu’il avait été dans sa pensée, dans son intention formelle d’y imprimer sa marque. Un pareil témoignage est a l’honneur des deux écrivains. Cette consécration de l’œuvre du prosateur par le concours promis du poète ne demeure pas, en effet, sans retour profitable à celui-ci. Elle suppose une mutuelle adhésion, et, sans doute, en convenant d’associer à son labeur celui de Leconte de Lisle, le digne représentant de l’Université, c’est-à-dire de la gardienne officielle et vigilante de tous les classiques, donnait, au bénéfice de l’interprète marron, un précieux exemple de conciliante humeur. Les traductions de Leconte de Lisle, bien que d’une saveur antique si délectable, avaient à conquérir l’approbation des hellénistes patentés aux scrupules méticuleux, plus préoccupés du lexique et de la grammaire que de la vertu poétique du langage. Leur souci fondamental n’est, certes, pas moins important, mais il est autre que celui d’un interprète qui se trouve être de même essence morale et littéraire que l’auteur original, comme lui poète, comme lui sombre ou railleur par tempérament. Ces deux soucis à la fois se sont rencontrés et conjugués d’une façon remarquable chez M. Talbot pour le succès de son entreprise ardue. Il semble que son intime intelligence du texte unie à la verve naturelle de son alerte esprit l’ait improvisé poète ad hoc au frottement d’Aristophane, et c’est cette rare qualité, sacrée aux yeux de Leconte de Lisle, qui dut inspirer