Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/361

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



HERMÈS.

Tu es mort, anéanti.


TRYGÆOS.

Et quel jour ?


HERMÈS.

Tout de suite.


TRYGÆOS.

Mais je n’ai encore acheté ni orge, ni fromage, en homme qui doit mourir.


HERMÈS.

Cependant tu as été gentiment frotté.


TRYGÆOS.

Comment se fait-il que je n’en aie ressenti aucune jouissance ?


HERMÈS.

Ignores-tu que Zeus a décrété la peine de mort contre quiconque déterrera la prisonnière ?


TRYGÆOS.

Alors il est de toute nécessité que je meure ?


HERMÈS.

Sois-en certain.


TRYGÆOS.

Prête-moi alors trois drakhmes pour acheter un petit cochon ; car il faut que je me fasse initier avant de mourir.