Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/338

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA PAIX


(L’AN 425 AVANT J.-C.)


Le sujet de la Paix est le même que celui des Acharniens : seulement la paix, qui dans cette comédie n’est le vœu que d’un seul homme, est ici l’objet des désirs de tout le monde. Le vigneron Trygée, monté sur un escarbot, arrive à la porte de l’Olympe et découvre la Paix dans une caverne profonde ou elle a été enfermée par la Guerre. Avec l’aide de tous les hommes de bonne volonté, il la délivre. La joie et les fêtes renaissent de toutes parts. Trygée épouse l’Abondance, compagne de la Paix, et le Chœur chante en vers charmants les loisirs de la vie rustique.