Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/328

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sires et tu aimes, ce me semble, les jolis cercueils ; mais, j’en jure par Apollôn, ce n’est pas impunément que tu agiras ainsi.


PHILOKLÉÔN.

Comme tu te régalerais agréablement d’un procès à la sauce piquante !


BDÉLYKLÉÔN.

N’est-ce pas nous jouer d’un vilain tour que d’enlever la joueuse de flûte aux convives ?


PHILOKLÉÔN.

Quelle joueuse de flûte ? Bats-tu la campagne comme si tu sortais de la tombe ?


BDÉLYKLÉÔN.

Non pas, de par Zeus ! C’est cette Dardanienne que tu as avec toi.


PHILOKLÉÔN.

Pas du tout : c’est une torche qui brûle en l’honneur des dieux sur l’Agora.


BDÉLYKLÉÔN.

Une torche, cette donzelle ?


PHILOKLÉÔN.

Oui, une torche ! Tu ne vois pas qu’elle est de toutes les couleurs ?


BDÉLYKLÉÔN.

Mais qu’est-ce qu’il y a donc de noir au milieu ?