Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PHILOKLÉÔN.

Que m’ordonnes-tu donc de faire ?


BDÉLYKLÉÔN.

Quitte ce manteau usé et endosse cette læna en guise de manteau.


PHILOKLÉÔN.

Faites donc des enfants et élevez-les : voilà le mien maintenant qui veut m’étouffer !


BDÉLYKLÉÔN.

Voyons, prends-la, mets-la, et ne dis rien.


PHILOKLÉÔN.

Qu’est-ce que c’est que cette mauvaise chose, au nom de tous les dieux ?


BDÉLYKLÉÔN.

Les uns l’appellent une persique, les autres une kaunakè.


PHILOKLÉÔN.

Moi, je la prenais pour une couverture de Thymœtè.


BDÉLYKLÉÔN.

Ce n’est pas étonnant ; tu n’es jamais allé à Sardes ; tu la connaîtrais alors, tandis que maintenant tu ne la connais pas.


PHILOKLÉÔN.

Moi ? Non, de par Zeus ! Mais cela me paraissait ressembler absolument à la casaque pluchée de Morykhos.