Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/293

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BDÉLYKLÉÔN.

N’est-ce donc pas une grande servitude de voir tous ces gens-là investis des magistratures et leurs flatteurs richement rémunérés, tandis que toi, si on te donne trois oboles, te voilà content ? Et c’est en combattant sur mer, sur terre à la prise des villes que tu les as gagnées, en te surmenant de fatigues. Il y a plus, et c’est ce qui m’exaspère au plus haut point, un ordre t’oblige à te rendre à l’assemblée, parce qu’un jeune débauché, le fils de Khæréas, aux jambes écartées, au corps balancé d’un mouvement lascif, est venu te prescrire de juger au tribunal, le matin et à l’heure dite, sous peine pour quiconque arrivera passé le signal, de ne pas toucher le triobole. Et cependant lui-même il reçoit la drakhme accordée à l’accusateur, bien qu’il soit arrivé en retard. Il partage avec quelque autre des juges, ses collègues, le présent qu’a pu lui donner un des accusés ; puis ils s’entendent tous deux pour arranger l’affaire, à la façon des scieurs de long, dont l’un tire et l’autre pousse. En attendant, toi tu regardes, la bouche béante, le kolakrète, et tu ne sais rien de ce qui s’est fait.


PHILOKLÉÔN.

Eux me traiter ainsi ! Hélas ! que dis-tu ? Mon cœur est comme une mer démontée : tu t’empares de toute mon intelligence, et je ne sais pas où tu me conduis.


BDÉLYKLÉÔN.

Vois pourtant comment il t’est permis d’être riche, ainsi que tous les tiens ; mais grâce à ces flagorneurs du peuple, tu disparais dans je ne sais quelle machine. Maître