Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/231

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Puis nous garderons les fruits et les vignes de manière qu’ils ne souffrent ni de la sécheresse, ni d’une pluie excessive. Mais si un de vous, mortels, nous offense, nous déesses, qu’il songe quels maux il endurera de nous, ne recueillant ni vin, ni rien, de son champ. Quand les oliviers et les vignes pousseront, ils seront rasés, tant nous les frapperons de frondes. Si nous le voyons faire des briques, nous pleuvrons, et nous briserons sous des tas de grêle les tuiles de son toit. S’il se marie, lui, ou quelqu’un de ses parents ou de ses amis, nous pleuvrons toute la nuit, si bien qu’il aimerait mieux se trouver en Ægypte que d’avoir jugé injustement.





STREPSIADÈS, il sort de chez lui, chargé d’un sac de farine, et se dirige vers la porte de Sokratès.

Cinq, quatre, trois, puis deux, et enfin celui de tous les jours que je redoute le plus, qui me fait frissonner, que je déteste, ce maudit jour de la lune vieille et nouvelle. C’est un serment fait par tous ceux à qui je dois, et qui déposent leurs assignations au tribunal des Prytanes, de me ruiner, de me perdre, malgré la modération et la justice de mes propositions : « Mon cher, ne me demande pas cela maintenant, donne-moi du temps pour cette somme, fais-moi quitte de cette autre ! » Ils prétendent qu’ainsi ils ne recevront rien ; ils m’injurient, disant que je leur fais du tort et qu’ils vont me citer devant les juges. Qu’ils me citent donc ; je m’en soucie peu, aujourd’hui que Phidippidès a appris l’art de bien parler. Je vais, du reste, m’en assurer, en frappant à la porte du philosophoir… Enfant ! holà ! Enfant, enfant !