Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/214

Cette page a été validée par deux contributeurs.


en savoir davantage ; je vais te dire une chose, dont la connaissance fera de toi un homme. Seulement, n’en dis rien à personne.


PHIDIPPIDÈS.

Voyons, qu’est-ce que c’est ?


STREPSIADÈS.

Tu as juré par Zeus.


PHIDIPPIDÈS.

Oui.


STREPSIADÈS.

Vois donc comme il est bon d’apprendre. Phidippidès, il n’y a pas de Zeus.


PHIDIPPIDÈS.

Qu’y a-t-il alors ?


STREPSIADÈS.

C’est Tourbillon qui règne, après avoir chassé Zeus.


PHIDIPPIDÈS.

Allons donc ! est-ce que tu radotes ?


STREPSIADÈS.

Sache que c’est comme cela.


PHIDIPPIDÈS.

Et qui le dit ?


STREPSIADÈS.

Sokratès de Mêlos, et Khæréphôn, qui connaît les sauts des puces.