Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/204

Cette page a été validée par deux contributeurs.



STREPSIADÈS.

Mais je connais des noms féminins.


SOKRATÈS.

Dis.


STREPSIADÈS.

Lysilla, Philinna, Klitagora, Dèmètria.


SOKRATÈS.

Et des noms masculins ?


STREPSIADÈS.

Dix mille : Philoxénos, Mélèsias, Amynias.


SOKRATÈS.

Mais, malheureux ! ce ne sont pas là des noms d’hommes.


STREPSIADÈS.

Comment ! Pas des noms d’hommes ?


SOKRATÈS.

Pas du tout. Comment, si cela se rencontrait, appellerais-tu Amynias ?


STREPSIADÈS.

Comment ? « Ohé, dirais-je, ici, ici, Amynia ! »


SOKRATÈS.

Vois-tu ? Tu appelles Amynias « Amynia », d’un nom de femme !