Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/202

Cette page a été validée par deux contributeurs.



SOKRATÈS.

Mais il y a d’abord, avant cela, beaucoup d’autres choses à apprendre : ainsi, parmi les quadrupèdes, quels sont vraiment les mâles ?


STREPSIADÈS.

Mais je connais les mâles, si j’ai bien ma tête ; bélier, bouc, taureau, chien, coq.


SOKRATÈS.

Vois-tu ce qui t’arrive ? Tu donnes le nom de coq aussi bien à la femelle qu’au mâle.


STREPSIADÈS.

Comment donc ? voyons !


SOKRATÈS.

Comment ? Un coq et une coq.


STREPSIADÈS.

Par Poséidôn ! mais de quel nom veux-tu que je l’appelle ?


SOKRATÈS.

« Femelle du coq » et l’autre « coq ».


STREPSIADÈS.

« Femelle du coq » ! Par l’Air ! voilà qui est bien. Pour cette leçon seule, je remplirais de farine d’orge, jusqu’aux bords, ton auge à pétrir.


SOKRATÈS.

Autre faute ! Tu donnes la qualité de mâle à un être femelle.