Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/196

Cette page a été validée par deux contributeurs.


prendre une teinture des nouveautés à la mode, et qui s’exerce à la sagesse.





PARABASE ou CHŒUR.

Spectateurs, je vous dirai librement la vérité, j’en atteste Dionysos, dont je suis le nourrisson. Puissé-je être vainqueur et réputé sage, moi qui, vous regardant comme des spectateurs intelligents, et pensant que cette pièce est la meilleure de mes comédies, ai cru devoir vous la donner à goûter les premiers, vu qu’elle m’a coûté beaucoup de peine ! Et pourtant je me suis retiré, vaincu par des lourdauds, sans l’avoir mérité. C’est donc ce que je vous reproche, à vous, hommes habiles, pour lesquels je me suis donné tant de mal. Et cependant jamais je ne me soustrairai à des juges intelligents comme vous l’êtes. Car depuis que dans cette réunion, à laquelle il est agréable de s’adresser, mon Modeste et mon Débauché ont été écoutés avec un plein succès, moi aussi, vierge alors et n’ayant pas encore la permission d’enfanter, j’exposai mon fruit ; une autre jeune femme le recueillit, l’emporta, et vous l’avez généreusement nourri et élevé. Depuis lors votre bienveillance pour moi a eu la constance d’un serment.

Aujourd’hui, comme une autre Élektra, cette comédie paraît, cherchant à rencontrer des spectateurs aussi éclairés. Elle reconnaîtra, du premier coup d’œil, la chevelure de son frère. Voyez comme elle est réservée. Elle est la première qui ne vienne pas traînant un morceau de cuir, rouge par le bout, gros à faire rire les enfants. Elle ne se moque pas des chauves ; elle ne danse pas le kordax ; elle n’a pas de vieillard qui, en débitant les vers, frappe