Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Nuées, qu’elles ressemblent à des mortelles ? Elles ne le sont pourtant pas ?


SOKRATÈS.

Alors que sont-elles donc ?


STREPSIADÈS.

Je ne sais pas trop. Elles ressemblent à des flocons de laine et non à des femmes, j’en atteste Zeus, pas le moins du monde. Et celles-ci ont des nez.


SOKRATÈS.

Réponds maintenant à mes questions.


STREPSIADÈS.

Dis-moi vite ce que tu veux.


SOKRATÈS.

As-tu vu quelquefois, en regardant en l’air, une nuée semblable à un centaure, à un léopard, à un loup, à un taureau ?


STREPSIADÈS.

De par Zeus ! j’en ai vu. Eh bien ?


SOKRATÈS.

Elles sont tout ce qu’elles veulent. Et alors, si elles voient un débauché à longue chevelure, quelqu’un de ces sauvages velus, comme le fils de Xénophantès, pour se moquer de sa manie, elles se changent en centaures.


STREPSIADÈS.

Qu’est-ce à dire ? Si elles voient Simôn, le voleur des deniers cyniques, que font-elles ?