Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/162

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LES NUÉES


(L’AN 425 AVANT J.-C.)




Le titre de cette pièce indique que plusieurs scènes se passent en l’air et que le chœur est formé d’acteurs dont les vêtements aériens imitent les flocons de vapeurs qui flottent dans l’atmosphère. Le véritable sujet est l’éducation. Le bonhomme Strepsiadès, ruiné par les dépenses de son fils Phidippidès, l’envoie au philosophoir de Socrate afin d’y apprendre le raisonnement injuste, ainsi que l’art de ne point payer ses créanciers. Phidippidès se met vite au fait des subtilités de l’école, bat son père, et lui prouve qu’il a le droit de le battre. Strepsiadès, furieux, lance dans le philosophoir une torche ardente, sans s’inquiéter des cris de Socrate et de ses disciples.