Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’avait pas à s’oublier soi-même, à se métamorphoser. Il lui suffisait de s’adapter, de grossir et d’acérer tour à tour les traits de sa verve enjouée pour donner à ses lecteurs l’impression que leur donnerait Aristophane en personne ressuscité, mais parlant français. On ne saurait, certes, demander davantage à l’interprétation des anciens : elle ne peut, elle ne doit pas agir sur les contemporains de l’interprète comme le faisait l’auteur original sur les siens, sur les hommes à qui jadis il s’adressait. Aussi faut-il nous résigner à ne pas toujours comprendre et goûter ce qu’ils y prisaient. D’une autre race et d’un autre temps qu’eux, nous ne pouvons épouser toutes leurs manières d’être et de sentir. Il n’est donc pas sûr que notre admiration ait le même principe que la leur, et, à cet égard, une bonne traduction, par son exactitude même, doit nous faire apprécier la divergence irréductible entre le point de vue ancien et le moderne. Tout essai de les concilier par des compromis, par des adoucissements et des atténuations est une trahison ; là est l’infériorité des traductions d’autrefois. Celles d’aujourd’hui permettent de constater la diversité et les vicissitudes des mœurs et du goût, et par là leur propre valeur et l’estime qu’elles s’acquièrent échappent à ces fluctuations mêmes.

Tel est, à mon avis, le mérite et telle sera, je n’en doute pas, la récompense du présent ouvrage.


SULLY PRUDHOMME.