Ouvrir le menu principal

Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nætios, n’appuyez-vous pas l’aile droite ? Voici nos hommes. Toi, tiens bon, et fais volte-face. La poussière qu’ils soulèvent annonce leur approche. Oui, tiens ferme, repousse l’ennemi et mets-le en fuite.





LE CHŒUR.

Frappe, frappe ce vaurien, ce trouble-rang des Chevaliers, ce concussionnaire, ce gouffre, cette Kharybdis de rapines, ce vaurien, cet archivaurien ! Je me plais à le dire plusieurs fois ; car il est vaurien plusieurs fois par jour. Oui, frappe, poursuis, mets-le aux abois, extermine. Hais-le comme nous le haïssons ; crie à ses trousses ! Prends garde qu’il ne t’échappe, vu qu’il connaît les passes par lesquelles Eukratès s’est sauvé droit dans du son.


KLÉÔN.

Vieillards hèliastes, confrères du triobole, vous que je nourris de mes criailleries, en mêlant le juste et l’injuste, venez à mon aide, je suis battu par des conspirateurs.


LE CHŒUR.

Et c’est justice, puisque tu dévores les fonds publics, avant le partage, que tu tâtes les accusés comme on tâte un figuier, pour voir ceux qui sont encore verts, ou plus ou moins mûrs, et que, si tu en sais un insouciant et bonasse, tu le fais venir de la Khersonèsos, tu le saisis par le milieu du corps, tu lui prends le cou sous ton bras, puis, lui renversant l’épaule en arrière, tu le fais tomber et tu l’avales. Tu guettes aussi, parmi les citoyens, quiconque