Page:Aristide Michel Perrot - Collection historique des ordres de chevalerie civils et militaires (1820).djvu/310

Cette page n’a pas encore été corrigée


bientôt y mettre des bornes ; et il fut déclaré que , dans la suite, les conquêtes de Tordre seraient une propriété de la couronne. On laissa aux chevaliers la juridiction ciyile , une certaine supériorité militaire , toutes les dîmes et la juridiction ecclésiastiques ; ce à quoi les papes donnèrent leur consentement. Malgré ces restrictions nombreuses , la puissance et la richesse de Tordre s’élevèrent à un tel degré , qu’elles parurent aux rois d’un présage dangereux pour leur propre sûreté. En 1 55o, la grande-maîtrise fut réunie à la couronne de Portugal. L’ordre possède maintenant quatre cent cinquante-quatre commanderies ; pour y être admis , il faut prouver que Ton descend de famille noble et catholique. Depuis 1789, lès chevaliers sont divisés en trois classes : six grands - croix , quatre cent cinquante commandeurs, et les chevaliers, àpnt le nombre est indéterminé. La réception des chevaliers a toujours lieu au couvent de Thomar. Pour les étrangers, cet ordre n’est qu’un signe d’honneur ; ceux qui en sont décorés ne sont pas soumis à ses règles , et n’ont : aucune part à ses revenus*


DÉCORATION.

La croix de l’ordre est représentée PL XXVI , n°. 8. Dans les cérémonies, les grands-croix portent cette décoration suspendue à une. triple chaîne d’or ; mais ordinairement ils la portent à un large ruban rouge passant en écharpe de droite à gauche, et la plaque n°. 9 sur le côté gauche. Les commandeurs portent la croix suspendue au cou, et la même plaque que les grands - croix j