Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 8.djvu/520

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


En attendant, le président proposa dans la session législative diverses lois dont la plus remarquable, sur les attributions des grands fonctionnaires publics, concentra dans les mains du chef du pouvoir exécutif des attributions plus étendues qu’auparavant.

L’appel fait au dévouement de l’armée, à l’occasion de l’extinction de l’insurrection de la Grande-Anse, et les succès administratifs du chef de la République, inspirèrent de telles craintes à Christophe, qu’il sollicita l’intervention de l’amiral anglais de la Jamaïque, pour s’entremettre de la paix entre lui et Boyer ; il redoutait évidemment l’activité que montrait ce dernier et l’amour de la gloire dont il paraissait animé. Mais en déférant à sa sollicitation, Sir Home Popham ne recueillit qu’un refus formel à l’égard de toute convention quelconque avec un rebelle. Peu après cette démarche, Christophe fut frappé d’apoplexie et resta paralysé dans la moitié de son corps.

Alors, les généraux de son Royaume conçurent un plan de conspiration contre sa vie languissante et son autorité ; et un incident provoqué par sa tyrannie aveugle amena le soulèvement de la garnison de Saint-Marc, qui se soumit spontanément à la République, en entraînant dans ce mouvement tout le département de l’Artibonite.

Boyer profita habilement de cette soumission volontaire. Il secourut ces troupes en se portant lui-même à Saint-Marc avec toute l’armée de la République, et en envoyant d’autres corps pour pénétrer dans l’est du département du Nord. Christophe ayant été contraint de se suicider, pour ne pas tomber victime de ses troupes du Cap que ses généraux y soulevèrent à leur tour, le Président de la République réussit à se rendre dans cette ville