Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 8.djvu/486

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cette volonté du peuple, c’est non-seulement commettre un acte attentatoire à sa liberté, mais c’est encore s’écarter de la saine raison, c’est fouler au pied les droits les plus sacrés. Les généraux organes du peuple et de l’armée sont d’autant plus imbus de ce principe naturel, qu’ils croient avoir autant de droits à la gratitude de leurs concitoyens que le président Boyer lui-même à celle du peuple du Sud-Ouest, et que, par conséquent, ils se croient fondés à commander légalement et constitutionnellement à leurs concitoyens, comme lui-même le président Boyer doit se croire fondés à commander à ceux qui ont confié leurs destinées entre ses mains.

« Tous ces motifs, franchement exposés, les généraux organes du peuple et de l’armée se flattent que le président Boyer prendra la détermination qui, seule, convient à son caractère et à son honneur, et qui, seule, peut lui mériter les éloges, l’estime et l’admiration des philanthropes de tous les pays, qui, avec l’Europe entière, ont les yeux fixés sur nous ; nous voulons dire, l’évacuation de la partie de notre territoire envahie et sa restitution dans toute son intégrité.

« Signé : Lebrun, Richard, Prophète Daniel, généraux de division le général de brigade Jean-Joseph Sainte-Fleur[1].


Boyer attendit que toute l’armée fût rendue à proxi-

    tendaient proposer ensuite une confédération avec la République d’Haïti, pour le seul cas de la défense du pays contre l’agression d’une puissance étrangère : — idée semblable à celle du conseil départemental du Sud, pendant la scission, pour la défense commune contre Christophe ; idée creuse, dangereuse pour l’unité politique d’Haïti.

  1. Prophète Daniel, Sainte-Fleur et Nord Alexis étaient tous trois, colonels des trois corps de chevau-légers : le premier prit le grade de général de division ; le second, celui de général de brigade. Nord Alexis, d’un caractère plus sérieux, attendit que le Président d’Haïti l’élevât à ce dernier grade, bien que sa troupe l’eût reconnu en cette qualité.