Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 8.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La Grande-Bretagne à laquelle on s’était adressé pour obtenir sa médiation et arriver à un arrangement, l’avait refusée formellement ; elle ne voulait pas reconnaître l’indépendance d’Haïti, bien qu’elle eût beaucoup fait pour elle, par la clause de réserve dans un article du traité secret de Paris et par son insistance à obtenir l’abolition de la traite des noirs. Aucune autre puissance étrangère ne faisant non plus rien de formel en faveur de l’indépendance, l’exclusion radicale de tout blanc de la société haïtienne parut alors une urgente nécessité politique[1].

Ainsi s’enracinèrent les préventions du peuple haïtien à l’égard des Étrangers. Il y fut porté par l’indifférence de leurs gouvernemens, sinon par la politique de ces gouvernemens ou les préjugés de race qui les animaient. Et puis, on n’a voulu voir, de sa part, que haine instinctive pour les blancs !

Quant au territoire de la République, la révision maintint les dispositions de 1806, qui n’étaient elles-mêmes que la reproduction des actes antérieurs, comprenant toute l’île d’Haïti dans l’État. La retrocession de la partie de l’Est, faite par la France à l’Espagne en 1814, ne pouvait être un empêchement. Il ne fallait pas en reconnaître la validité ; car, autrement, c’eût été proclamer en

  1. Il y a eu des membres de l’assemblée de révision qui se sont attribué l’honneur d’avoir été les promoteurs de cette exclusion nouvelle, comme si Pétion, qui avait fait préparer le projet qui leur fut soumis, et qui avait évidemment fait repousser la demande d’O. Carter par le Sénat, eût pu négliger cette haute question. Ses convictions à cet égard paraissent avoir été invariables, et l’on verra bientôt sa réponse du 2 novembre aux commissaires français. Ces membres de l’assemblée ont dû sans doute examiner cette question, la discuter entre eux et consacrer cette exclusion par leur vole ; mais aucun homme de bon sens ne doit ajouter foi à leur assertion. On a même accusé Sabourin devoir voulu faire admettre les blancs ; mais ce secrétaire de Pétion ne se serait jamais aventuré à se compromettre ainsi envers le chef auquel il était si attaché.