Ouvrir le menu principal

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 8.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mandant de l’arrondissement, secondé du colonel Poisson Paris, commandant de la place, et des autres autorités civiles et militaires, leur fit un accueil cordial, auquel la population entière de la ville ajouta des marques d’une générosité sans exemple, en les logeant et en exerçant enfin envers eux une hospitalité digne des mœurs de cette belle cité, à cette époque.

Bolivar s’était empressé de se rendre au Port-au-Prince auprès de Pétion, pour recommander ses compatriotes forcés de s’exiler, et solliciter de lui des secours dans le but de retourner dans son pays pour le reconquérir sur les Espagnols[1].

C’était fournir à Pétion une heureuse occasion de servir la cause de la liberté et de l’indépendance dans le Nouveau-Monde. Il accueillit Bolivar avec une grande bienveillance, la distinction la plus méritée, non-seulement par rapport à sa position de fugitif, mais en considération des services qu’il avait déjà rendus à sa patrie. Cependant Pétion, n’oubliant jamais son origine africaine et s’inspirant toujours d’une politique généreuse, fit comprendre à Bolivar que l’indépendance des colonies espagnoles devait nécessairement profiter à tous les hommes qui en foraient la population, et non pas comme avaient procédé les colonies anglaises de l’Amérique septentrionale. Il mit donc pour condition des secours qu’il allait lui donner en armes, munitions, etc., que Bolivar fît la promesse solennelle, de proclamer « la liberté

    peu de temps après à la cure du Petit-Goave. Ce prêtre quitta Haïti ensuite, pour retourner dans sa patrie où il avait été nommé sénateur.

  1. L’abbé Gaspard, curé du Port-au-Prince, accueillit Bolivar et d’autres vénézuéliens qui s’y rendirent aussi, notamment l’aimable famille des Soublette, dont l’un des membres, Charles Soublette, devint président de cette République : elle était de la classe des Mantuanas de Caracas et alliée à Bolivar. Ces personnes d’un rang distingué furent l’objet de s plus grands égards des habitans de la capitale.